Protection de l’environnement

Espèces aquatiques envahissantes

 

Le groupe de travail sur les espèces aquatiques envahissantes des Gouverneurs et Premiers Ministres des Grands Lacs et du Saint-Laurent s’efforce à mettre fin à l’introduction et à la propagation d’espèces aquatiques envahissantes (EAE) dans le bassin du fleuve Saint-Laurent et de protéger l’industrie de la pêche totalisant 7 milliards de dollars dans la région. Depuis sa création, le groupe de travail a coordonné les efforts des États et des Provinces pour combattre les EAE au moyen d’actions régionales stratégiques. Les priorités des Gouverneurs et des Premiers Ministres sont les suivantes :

  • Prendre des mesures agressives contre les EAE à risque élevé
  • Promouvoir la coopération régionale transfrontalière
  • Favoriser la collaboration entre les experts des EAE, les experts dans le domaine de la pêche et les responsables du renforcement des lois

Au cours des cinq dernières années, le leadership des Gouverneurs et des Premiers Ministres a permis de réaliser d’importants progrès. Voici les principales réalisations :

  • Une liste des 21 espèces aquatiques envahissante « les plus indésirables » qui menacent le bassin des Grands Lacs et du Saint-Laurent. Les États et Provinces ont entrepris près de 50 mesures distinctes pour restreindre ces espèces représentant un risque élevé.
  • Un accord d’entraide révolutionnaire qui facilite les interventions concertées et le partage du personnel, de l’expertise et des ressources entre les administrations en cas d’invasion d’EAE. Pour mettre en œuvre cet accord, les États et les Provinces ont organisé plusieurs exercices d’interventions multi-juridictionnelle afin de renforcer la défense régionale.
  • Une initiative régionale de renforcement des lois EAE. Cela comprend la participation des États et des Provinces à un protocole d’entente qui favorise l’échange d’information et les enquêtes transfrontalières. Le Mémorandum a été utilisé dans plusieurs enquêtes intergouvernementales portant sur des espèces envahissantes et en voie de disparition.

Les EAE coûtent des milliards de dollars aux États-Unis et au Canada en dommages chaque année, alourdissent l’économie et nuisent aux budgets des États, des Provinces et des Gouvernements fédéraux. Elles représentent une menace pour la santé humaine et causes des dommages écologiques immesurables aux espèces indigènes, avec des conséquences pour la pêche sportive et commerciale, le tourisme et les loisirs de notre région. Plus de 180 espèces non-indigènes ont été introduites dans les Grands Lacs et le fleuve Saint-Laurent. Les Gouverneurs et les Premiers Ministres sont unis dans leurs efforts pour combattre de nouvelles invasions de EAE.